Résumé CNAEM 2012 – Corrigé

0
3 518 Consultations

L’épreuve de Résumé de texte du concours CNAEM 2012 (ENCG et ESI) portait sur un texte d’après Julien Couleau (La paysannerie marocaine) et Tahar Ben Jelloun (Le Monde – 28/01/1979). Voici une proposition de corrigé !

Le texte, de nature descriptive, ne présentait que peu de difficultés. Il fallait simplement bien voir son organisation en deux grandes parties, d’abord le village, puis la ville au Maroc.

Plan détaillé du texte

I – Le village marocain : rudimentaire et non structuré

Maisons non architecturées

  • Sauf : en montagne, dans les oasis et dans près des lieux saints (Zaouia)
  • « Economie de moyens »

Absence de logique d’aménagement de l’espace

II – La précarité de l’habitation villageoise marocaine

Composition de la maison

  • 2 pièces, une pièce à vivre et une autre qui fait office de cuisine
  • Habitats construits en matériaux naturels (pierre et terre)
  • Enceinte pour la cour et les animaux de trait
  • Enclos (Zeriba) pour les animaux d’élevage « attenant à la maison »
Les défis de l'habitat marocain
Les défis de l’habitat marocain

La maison, seulement un abri

  • Pas de séparations, une seule pièce mise à part la cuisine
  • Protection contre les éléments naturels
    • préférence pour la vie en extérieur
  • La variété n’occulte pas l’aspect rudimentaire

≠ Or : les villes, l’intérieur des maisons témoignent d’une autre réalité.

  • Caractère éphémère des villages
  • Paradoxe : L’artisanat est riche et d’excellente qualité (Transportable)
  • Populations rurales se déplacent beaucoup et ne se fixent pas

III – La ville marocaine en danger face au surpeuplement

Les villes anciennes grossissent

  • Développement de bidonvilles (douars) et mobilité des populations
  • Les médinas, emblématiques, également concernées par la surpopulation (Marrakech).

3 périodes dans l’évolution des médinas :

  • Auparavant : quartiers musulmans ghettoïsés ≠ villes nouvelles européennes
  • Départ des classes aisées vers les quartiers nouveaux après l’indépendance
  • Développement des catégories sociales les plus modestes et paupérisation

(Conclusion)

  • Désintérêt pour le sort des médinas, malgré leur valeur
  • Nécessité de dépeupler les médinas en relogeant les familles et en leur fournissant du travail

Résumé

Voici une proposition de résumé

Titre : Les défis de l’habitat marocain

Le village marocain est généralement constitué de maisons rudimentaires, et ne suit pas de logique d’aménagement de l’espace.

Précaire, l’habitation rurale, est faite en matériaux naturels, et se compose d’une pièce à vivre et d’une cuisine. Les animaux de trait et d’élevage sont regroupés // à côté. Simple abri contre les éléments naturels, la maison villageoise est éphémère. Paradoxalement, l’artisanat est riche : il suit les populations dans leur mobilité territoriale.

Les villes anciennes, en revanche, grossissent avec le développement des bidonvilles et l’exode rural. Les médinas sont également en surpopulation. D’abord ghettoïsées, // elles ont vu le départ des classes aisées, puis se sont paupérisées avec l’arrivée des catégories sociales les plus modestes. Malgré leur valeur, on se désintéresse de leur devenir, alors qu’il faudrait les entretenir en relogeant les habitants et en fournissant du travail.

145 mots

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.