Le programme de Culture Générale en Prépa HEC

0
2 702 Consultations

La culture générale en CPGE EC repose sur un programme vaste dont les limites sont parfois difficiles à établir. Voici un article qui résume ce qu’est la Culture Générale en Prépa HEC et ses lignes directrices.

Définir la Culture générale

Culture, un mot polysémique => La définition dépend du champ d’études

Étymologie :

  • du latin cultura : culture, agriculture
  • dérivé du verbe colere : habiter, cultiver, honorer
  • Culte : du latin cultus. Rendre hommage à une divinité.

Sens premier : cultiver la terre

  • Agriculture : Travail de la terre => amélioration de la production « naturelle ». (La culture suppose donc la nature).
  • ( ) Biologie : culture d’organismes

Sens second : cultiver l’esprit/l’âme

  • Processus de développement des facultés intellectuelles
  • Cicéron (Consul de la République romaine en -63, philosophe qui « latinise » la pensée grecque) est le premier à appliquer le mot cultura à l’être humain : « Un champ si fertile soit-il ne peut être productif sans culture, et c’est la même chose pour l’humain sans enseignement. » (Tusculanes, II, 13).

Sciences humaines

  • Philosophie : Culture (acquis) s’oppose à Nature (inné). Ce qui relève de l’activité humaine.
  • Anthropologie : Ensemble des pratiques, connaissances, traditions et normes propres à un groupe d’humains (une société). Ex : Culture berbère, culture marocaine, culture musulmane, culture monothéiste, …
  • Sociologie : ensemble de signes caractéristiques du comportement de quelqu’un qui le rattache à une catégorie sociale. Ex : Culture bourgeoise, ouvrière. Par extension : Culture d’entreprise.

Le mot « général »

  • Etymologie : Du latin generalis : qui appartient à une race, un genre, général
  • Commun à un genre, à la plupart. Applicable à un très grand nombre de personnes ou de choses.
  • Sens proche : global, total => universel
  • ( ) Le substantif militaire (grade d’officier dans l’armée) date de la Révolution et se répand sous le 1er Empire (Napoléon Bonaparte)

La culture de tout ?

Ensemble de connaissances en tout genre d’un individu, sans spécialisation. => Trop vaste, risques d’éparpillement.

Champs à exclure :

  • Culture populaire (accessible à tous, en opposition à une culture « élitiste »). => Traditions populaires et folklores (fêtes religieuses, contes et légendes, mythes populaires. Ex : Charles Perrault),
  • Culture de masse / média : TV, cinéma, sport, musique contemporaine, Art (BD, graffiti, pop art, art numérique, …)
  • Culture scientifique / technologique : Seulement les aspects culturels (exclusion des savoirs purement scientifiques)
  • Culture d’entreprise : En lien avec le Management. (Cela reste utile pour les oraux).

Une connaissance mondaine ?

  • Pierre Desproges : « La culture, c’est comme la confiture : moins en a plus on l’étale ! »
  • (L’Humanisme prône une vulgarisation des savoirs scientifiques, artistiques et religieux)

Une culture humaniste

La culture générale en CPGE s’inscrit dans la lignée de la pensée humaniste née à la Renaissance et érigeant le savoir en valeur fondamentale de l’Homme. Elle prône l’acquisition de connaissances étendues et précises en philosophie et en littérature tout particulièrement.

La perception de l’Humanisme :

  • A l’origine : La Paideia grecque (« éducation ») = Humanitas (Cicéron)
  • A la Renaissance : mouvement de retour aux textes antiques (Grèce) comme modèle de pensée.
  • Pendant le siècle des Lumières : « Humanitas» renvoie à la connaissance des grands textes de l’Antiquité, les langues anciennes, l’histoire et les religions
  • Depuis l’Epoque moderne : Concurrence des sciences et des techniques, des sciences de l’information. => Il ne servirait plus à rien d’avoir une culture humaniste ( ?). Enseignement utilitaire : transmission des sciences utiles pour vivre aujourd’hui.

Approche rationnelle, logique (≠ approche théologique)

  • Attitude du refus de l’affirmation immédiate
  • Distance à l’égard de ses propres certitudes

Approche historique

  • Récit des événements politiques, des innovations scientifiques et techniques
  • Histoire des idées (philosophie, esthétique, sciences, religions, société, idéologies, …)
  • Apprentissage au contact des penseurs, pas nécessairement contemporains

Champs d’études

  • Philosophie (philosophes et philosophies)
  • Littérature (épopée, théâtre, poésie, roman, genre épistolaire, …)
  • Arts (peinture, sculpture, cinéma, …)
  • Histoire (de l’Antiquité à nos jours)

Le programme

1ère année

Le programme de première année permet d’approfondir et d’élargir la culture acquise au cours des études secondaires, et de consolider les bases nécessaires à une réflexion personnelle. On s’efforcera de mettre en relation l’étude des œuvres littéraires ou philosophiques avec les représentations mythologiques, religieuses, esthétiques et avec l’histoire des sciences, des arts et des techniques.

« Histoire de la pensée moderne », suivant les 9 thèmes du programme

  1. L’héritage de la pensée grecque et latine.
    • Approche historique : d’Athènes à Rome
    • Les mythes et leur valeur
    • La cité et de la démocratie
    • Naissance de la philosophie (présocratiques, Ecole d’Athènes, courants eudémonistes, …)
    • La tragédie (théâtre antique)
  1. Les apports du judaïsme, du christianisme et de l’islam à la pensée occidentale.
    • Les 3 monothéismes : livres et écrits saints, figures fondatrices. Approche historique
    • Les apports de l’islam médiéval
    • Foi et raison : hellénisation des monothéismes
    • Eschatologie et millénarisme
  1. Les étapes de la constitution des sciences exactes et des sciences de l’homme.
    • Naissance des sciences exactes
      • Approche historique : Antiquité, Moyen-âge, Epoque moderne XVI-XVIII (naissance du mécanisme – Galilée, Newton)
      • Sciences : Physique, Mathématiques, Astronomie, Médecine
    • Sciences Humaines et modernes
      • Théorie de l’évolution
      • Sciences humaines : histoire, sociologie, psychologie, …
      • Théorie de la relativité, mécanique quantique
    • Épistémologie et méthode scientifique : Méthode cartésienne, Méthode expérimentale (empirisme), statut de la théorie (Science et vérité), l’objectivité du savant
  1. L’essor technologique et l’idée de progrès.
    • L’homme prométhéen (du mythe au corps : premier objet technique)
    • L’Essence de la technique
      • Puissance libératrice (maîtrise de la nature, homo faber)
      • Puissance créatrice : Art et technique
      • Puissance modificatrice. Magie de la technique. => désenchantement, arraisonnement, dévaluation du monde
    • Les risques  et enjeux de la technique
      • Maîtrise du vivant et éthique
      • Technique et politique
  1. La société, le droit et l’Etat modernes.
    • Les systèmes politiques et la constitution des Etats (De l’Antiquité à Machiavel)
    • Théories de l’Etat et du contrat social (Hobbes, Rousseau, John Locke)
    • La question de la souveraineté
    • L’état de droit et la démocratie (Montesquieu, esclavage)
    • Les notions de droit et de justice (origines, rationalité du droit)
  1. Les figures du moi et la question du sujet depuis la Renaissance.
    • Le sujet en construction :
      • L’humanisme : affirmation de la valeur de l’Homme (Naissance du moi intérieur, humanisme/foi en l’homme)
      • La conscience de soi : le moi substantiel cartésien, l’égo transcendantal kantien
      • Morale et liberté. L’expérience de l’angoisse existentialiste (Sartre)
      • Question de l’identité (le corps, la mémoire, l’autre)
    • L’affirmation du moi
      • L’Individualisme moderne
      • Le moi romantique (Ex. Les Rêveries du promeneur solitaire de Rousseau)
    • Le sujet en question
      • L’impermanence du sujet (nature changeante du moi, l’homme narcissique)
      • Le mythe de la singularité du sujet
      • Le leurre de l’autonomie (construction sociale, psychanalyse)
      • Le sujet dans la phénoménologie (Husserl)
      • Le moi psychanalytique
  1. L’esprit des Lumières et leur destin.
    • L’homme à la conquête de l’autonomie (Affranchissement)
      • Religion naturelle et laïcisation
      • Autonomie de la raison (encyclopédie, Diderot),
      • Autonomie politique (Rousseau, Révolution 1789)
    • Un héritage controversé
      • Les problèmes du progrès
      • L’universalisme et les droits de l’Homme en question
      • Du philosophe à l’intellectuel
  1. Quelques grands courants artistiques et esthétiques depuis la Renaissance.
    • La désacralisation du divin
    • De l’art antique-humaniste (quête de l’ordre) au baroque et aux formes classiques.
    • Les romantismes
    • Réalisme et naturalisme
    • Peinture aux XIXème et XXème siècles
    • Photographie : entre art et technique
  1. Les principaux courants idéologiques contemporains.
    • Phénoménologie et psychanalyse
    • Conflit des méthodes (positivisme, structuralisme, herméneutique)
    • Les existentialismes (Heidegger, Sartre)
    • Idéologies politiques (Marx)
    • Morale et éthique (Levinas, Ricœur)

2ème année

Etude d’un thème, renouvelé chaque concours (Possibilité de sujets « hors thème » toutefois) :

  • 1997 : Le corps
  • 1998 : Le bonheur
  • 1999 : La sensibilité
  • 2000 : Autrui
  • 2001 : Le mal
  • 2002 : La représentation
  • 2003 : L’échange
  • 2004 : La croyance
  • 2005 : La passion
  • 2006 : La justice
  • 2007 : La science
  • 2008 : L’action
  • 2009 : La beauté
  • 2010 : La vie
  • 2011 : L’imagination
  • 2012 : La société
  • 2013 : Le plaisir
  • 2014 : L’espace
  • 2015 : La vérité
  • 2016 : La nature
  • 2017 : La parole

Méthodologies

Méthodologie de l’écrit

Il y a trois épreuves écrites aux concours correspondant à l’enseignement de Culture Générale :

  • Contraction de texte (ou résumé)
    • ECRICOME : 2 heures, texte d’environ 2000 mots, réduction à 250 mots
    • BCE : 3 heures, texte d’environ 4000 mots, réduction à 400 mots
    • CNAEM (Maroc) : 2 heures, texte de 1500 à 2000 mots, réduction à 10%
    • NB : L’ISCAE (Maroc) n’a pas d’épreuve de contraction.
  • Dissertation de culture générale (Orientation philosophique et littéraire)
    • ECRICOME, BCE : 4 heures, Sujets courts (Question, citation)
    • CNAEM (Maroc) : 3 heures, Sujets courts (Question, citation)
    • ISCAE (Maroc) : 3 heures, sujets variables
  • Synthèse de texte (proposée par l’ESCP)
    • Remplace l’épreuve de contraction pour : ESCP, TBS, SKEMA
    • 4 heures, 3 textes d’environ 1000 mots, synthèse de 300 mots

Méthodologie de l’oral

  • Khôlles (Réflexion argumentée, analyse de texte)
  • Entretien de motivation et de personnalité, triptyque, … (2ème année)

Conclusion : L’étendue du programme de Culture Générale peut donner le vertige, mais il faut surtout garder à l’esprit que le plus important reste de mobiliser ses connaissances à bon escient, en particulier pour l’épreuve de dissertation !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here